Récit de vie

Faire son récit de vie, c'est se mettre en mots (pour celui qui raconte, le narrateur) et recueillir la parole (pour celui qui écoute (ou lit) le récit, le recueilleur, ou le narrataire).

Selon l'objectif du récit, il arrive que le narrataire renvoie le narrateur à lui-même, en lui posant des questions, en lui soumettant des hypothèses, en l’interpellant. Ainsi, il invite le narrateur à déconstruire son récit et à le recomposer en partie.

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux personnes.
C’est aussi une co-construction dynamique : avec un autre narrataire, la narration n’est pas tout à fait la même et ce qui en est fait non plus ; elle dépend aussi du contexte de vie et du moment de la vie. Le récit est une version subjective de l’histoire du narrateur.


Le récit de vie, ce n’est pas…

... forcément associé à fin de vie
... seulement utile pour les secrets de famille   
... forcément un écrit et ne mène pas forcément à l’écrit
... forcément oral non plus… il est possible de travailler à partir de l’écrit
... une thérapie : c’est une démarche  qui répond à un questionnement existentiel (le cadre thérapeutique fait partie d’un autre contrat) mais qui peut éventuellement soutenir un travail thérapeutique
... une autoroute : il existe une infinité de routes et de chemins à emprunter et à créer
... uniquement pour ceux qui ont une vie qui sort de l'ordinaire : à chaque vie son récit, avec ses singularités et ses pépites